Les infections nosocomiales

Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013

Depuis 1995, les actions menées par le ministère de la santé s’inscrivent dans le cadre d’un plan national de lutte contre les infections nosocomiales (LIN) avec l’objectif de réduire la fréquence des infections nosocomiales et le portage des bactéries multirésistantes aux antibiotiques (BMR) dans les établissements de santé.

Un sous groupe de travail issu du groupe de pilotage du programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005-2008 a lancé en mai 2008 des travaux pour l’élaboration du prochain programme en s’appuyant notamment sur le bilan du précédent programme et en tenant compte de l’évolution du dispositif et des orientations stratégiques de la direction générale de la santé.
Le projet du programme national de prévention des infections associées aux soins en établissements de santé (infections nosocomiales) 2009 - 2013 a été soumis à une large consultation (ARH, DDASS, DRASS, fédérations, conférences, associations) [fin décembre 2008 - début janvier 2009]
Le programme national de prévention des IN 2009- 2013 traduit les principes du plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins.
Il prévoit des objectifs nationaux assortis d’indicateurs à atteindre en 2012 et son évaluation, prévue en 2013, portera sur l’atteinte de ses objectifs quantifiés.
Le programme s’articule autour de six grandes orientations :

  • Promouvoir une culture partagée de qualité et sécurité des soins
  • Optimiser le recueil et l’utilisation des données de surveillance 
  • Anticiper et détecter l’émergence d’agents pathogènes à potentiel épidémique 
  • Maintenir l’usager au centre du dispositif 
  • Améliorer l’organisation du dispositif de prévention des infections nosocomiales 
  • Promouvoir la recherche sur les infections nosocomiales

Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013

 

Dispositifs de lutte et de surveillance

La politique de lutte contre les infections nosocomiales repose sur un programme national quinquennal, le « Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins ». Ce plan fixe notamment des objectifs aux établissements de santé. La surveillance nationale est coordonnée par le Réseau d’alerte, d’investigation et de surveillance des infections nosocomiales (Raisin).
Au niveau régional, cinq Centres de coordination de la lutte contre les infections nosocomiales (CCLIN) sont chargés de mettre en œuvre le plan et de le relayer auprès des établissements de santé.
Au niveau des établissements, la prévention des infections nosocomiales est assurée par une équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière (EOHH), composée d’un médecin ou d’un pharmacien hygiéniste, d’une infirmière hygiéniste et, parfois, de techniciens bio-hygiénistes. Les établissements de santé doivent signaler les infections nosocomiales à l’Agence régionale de santé (ARS) et au CCLIN dont ils dépendent. L’ARS transmet ensuite le signalement à l’Institut de veille sanitaire (InVS) pour une analyse nationale des cas.  
 

Outils d'évaluation

Le tableau de bord des infections nosocomiales est un outil qui classe les établissements de santé selon les actions mises en place et les résultats obtenus. Chaque établissement de santé doit établir chaque année un bilan des activités de lutte contre les infections nosocomiales selon un modèle défini par le ministère de la Santé. 
Le tableau de bord affiche pour l’instant, six indicateurs :
  • l’indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (Icalin) ;
  • l’indicateur de consommation des produits ou solutions hydro-alcooliques pour l’hygiène des mains (ICSHA2) ;
  • l’indicateur de réalisation d’une surveillance des infections du site opératoire (Surviso) ;
  • l’indice composite de bon usage des antibiotiques (ICATB) ;
  • le score agrégé élaboré à partir des résultats des quatre indicateurs précédents ;
  • l’indice triennal de Staphylococcus aureus résistants à la méticilline (Sarm).